Le besom de la Sorcière

Mais qu'est-ce qu'un besom?

Je suis sur que vous vous demandez ce que c'est et qu'est-ce que ça mange en hiver?

Certain en auront vu accrochez au dessus des portes de leurs grand-parents, d'autre en auront vu dans les films. Pourtant, je vous affirme que vous en posséder tous un même si le terme ne vous ai pas familier.


Oui, oui... Je vous le jure, vous en avez tous un dans votre maison à la différence près qu'il n'a pas tout a fait les mêmes utilités.


Je vous parle du Balais de la Sorcière ou le Besom pour les intimes.

À quoi pensez-vous lorsque vous entendez parlé du balais de la Sorcière?



...



La maladie des arbres ? Ou une Sorcière volant dans le ciel sur son besom?


Savez-vous d'où provient ce mythe?

Pourquoi les gens pensent que nous les Sorcières volons sur des balais?


Pouvoir choisir je prendrais bien un aspirateur qui nettoierait l’atmosphère de la pollution que nous créons et surtout qui dégagerait quelques nuages afin de toujours voir la lune et les étoiles.


Crédit photo : Google

Depuis le début, l'Église joue un rôle important sur la vision que nous avons des Sorcières et l'arrivé de la littérature et du cinéma n'a pas vraiment aidé à notre image. Pourtant je ne suis pas verte, ni vieille, dû moins physiquement... mon âme quand à elle, oui elle l'est comme plusieurs d'être vous. Je n'ai pas de verrues, je ne suis pas difforme et je ne suis pas méchante. Au contraire, j'aime aider les gens et les rendre heureux. Ho et j'oubliais je ne vole pas sur un balais et malheureusement pas sur un aspirateur. Comme tout le monde je dois prendre l'avion si je veux voler.

Bien que ce soit fiction, le mythe disant que nous volons sur des balais à belle et bien un origine, ou devrais-je dire plusieurs faits se rencontrent et ont permis de créer de merveilleuses histoires.

1. Au XIVe siècle, les médecins et les scientifiques (tous des hommes) se sont penché sur les histoires fantastiques qui se racontaient à travers le peuples. Ils ont enquêté afin de mieux comprendre et cerner l'origine des ces histoires fantaisistes ou des enchantements, des sorts, des ''démons'' et des êtres mystérieux voyaient le jour. Le tout a commencé suite à l'accusation de sorcellerie fait par l'Église envers une femme travaillant en harmonie avec la nature et les plantes médicinales. Sorcière fût le nom donné à cette femme. Pourtant, les plantes étaient étudiées par les médecins et les scientifiques.


Alors pourquoi fût-elle accusée à tord de sorcellerie?


Et bien la réponse est simple : c'était une femme et l'étude des plantes étaient réservés au hommes.


Crédit photo : Google

Celles qui désiraient étudier étaient vues comme des femmes œuvrant avec le malin, pour le compte du Diable. Pourtant, tout comme les hommes, les femmes voulaient comprendre et créer des baumes pouvant soulager et guérir leurs douleurs, leurs blessures, tels que les douleurs lié aux menstruations et à la ménopause, choses incomprises des médecins et scientifiques de l'époque puisque c'étaient tous des hommes.


Herboristes improvisées, ses femmes étaient condamnées par la loi et par l'Église. C'est entre autre le pourquoi nos ancêtres pratiquaient nos croyances dans le plus grand des secrets et que des groupes, des ''COVENS'' se sont formés.



Les femmes de ses groupes se réunissaient afin d'approfondir leurs recherches et leurs études, qui par les autres étaient vues comme de la sorcellerie dans le plus grand des secrets afin de ne pas finir sur le bûcher.


Les femmes dites sorcières ont expérimenter les diverses plantes médicinales. Ce qui leur permis de découvrir diverses propriétés et utilisations particulières pouvant provoquer des états de transes, des visions, etc. Ces découvertes ne furent pas de tout repos. En effet, certaine expérimentation apportant l'état de transe et de visions sont venues avec leurs lots de problèmes.


Les visions produites par certaines plantes qui ***attentions sont dangereuses, toxiques et même mortelles lorsque'elles sont prises oralement, peuvent engendrer des effets secondaires tels que des nausées et des vomissements, des saignements, des irritations de l'épiderme et parfois la mort. Ce qui permis aux Sorcières de l'époque de vite découvrir que l'utilisation des plantes sous forme d'onguent est beaucoup moins douloureux et beaucoup moins d'effets secondaires.


Ce fût à force d'expérimenté l'applications de divers onguents sur divers parties de leur corps, que ces femmes découvrirent que l'un des endroits ayant le moins d'effets secondaires, tout en gardant le même niveau hallucinogène, de transe et de visions en plus d'apporter un plaisir supplémentaire se situe au niveau des parties génitales. Vous vous demandez ou je veux en venir en vous racontant ce fait historique? Hey bien, les femmes de cette époque, dites Sorcières, appliquaient leurs onguents en utilisant le manche en bois de leur balais. De cette façon, les sensations étaient agréables, elles y trouvaient plaisir (il faut se remettre à l'époque ou la satisfaction sexuel était proscrite par l'Église), tout en se procurant un maximum d'effets de visions/prémonitions/hallucinations et en réduisant, voir éliminant les nausées et vomissements.


Crédit photo : Google
Statue d'Alice Kyteler

Un brin d'histoire:


Lady Alice Kyteler, fût marié quatre fois.

En 1302, son second mari et elle furent accusés d'avoir tué son premier mari. En raison de sa vaste richesse et de sa participation au prêt d'argent, le couple s'en sorti.

Crédit photo : Google

Lorsque son quatrième mari, John le Poer, tomba malade en 1324, celui-ci soupçonna un empoisonnement. Après sa mort, les enfants de Le Poer l'ont accusée d'avoir utilisé du poison et de la sorcellerie (maleficarum) contre leur père afin de favoriser son premier né, William Outlaw.



Une investigation fût faite sur elle et ses partisans qui furent par la suite accusés de: - Nier la foi du Christ et de l'Église (commettre une hérésie); - Couper des animaux pour les sacrifier aux démons à la croisée des chemins;

- Communiquer avec les démons;

- S'engager dans une affaire sexuelle avec un démon; - D'effectuer des réunions nocturnes et secrètes dans les églises afin d'effectuer de la magie noire en vu de saper et dominer l'église; - D'utiliser la sorcellerie et les potions pour contrôler et corrompre les chrétiens; - De possession d'un familier du nom de Robin Artison, un moindre démon de Satan; - Des meurtre de ses maris.


Après quelques mois dans l'impasse, l'une des servantes d'Alice, Petronella de Meath, fût capturée. Sous la torture, elle avoua l'utilisation de la sorcellerie. Ses aveux détaillaient son implication, ainsi que celle d'Alice, dans six des crimes énumérés ci-dessus. Il semblerait, même que ses aveux auraient donnés aux accusateurs la plupart de leurs informations. Bien que le témoignage ait impliqué Kyteler dans l'accomplissement d'une hérésie, des questions concernant la crédibilité de Petronella sont apparues, en particulier lors de l'examen du contenu de ses aveux. Dans le récit de Ledrede des aveux de Petronella, il écrit:


''À l'une de ces occasions, par le carrefour en dehors de la ville, elle avait fait une offrande de trois coqs à un certain démon qu'elle appelait Robert, fils de l'Art (Robertum filium Artis), des profondeurs du monde souterrain. Elle avait versé le sang des coqs, coupé les animaux en morceaux et mélangé les intestins